10 Déc
  • Par SEVE Emploi
  • 627 Vues
  • 0 Commentairets

Retours en mots et en images sur la Journée Régionale SEVE Emploi en Ile de France !

Le 15 octobre dernier s’est tenue la première Journée Régionale SEVE Emploi en Ile de France, en visioconférence. Au travers de présentations, d’une table ronde d’expert.e.s et d’ateliers thématiques, les acteurs franciliens de l’IAE ont échangé autour des enjeux de la médiation active entre SIAE et entreprises et des retours d’expérience de structures intégrées au programme. Retours sur les temps forts de cette journée qui a permis de réaffirmer le principe phare de SEVE Emploi : tout le monde est employable !

Cet article ne reprend que les temps forts de la table ronde. Le compte-rendu intégral de la Journée Régionale, y compris la restitution des ateliers, est disponible ici. Vous y retrouverez toutes les ressources liées à l’évènement, notamment les vidéos de replay.

Animée par Sandrine FOULON, journaliste économique à France Inter et rédactrice en chef du site Alternatives Economiques, la table ronde « La médiation active entre SIAE et entreprises : un véritable outil pour favoriser l’emploi durable ? » a permis de mettre en évidence la plus-value de la médiation active comme outil pour favoriser les sorties en emploi durable, dans un contexte de forte hausse du chômage.

Sébastien AGOT, Responsable du Service des Parcours d’Accès vers l’Emploi à la Direccte Ile de France, a d’abord souligné l’inscription de SEVE Emploi dans la logique d’une montée en puissance de l’IAE, portée par l’Etat via le Pacte Ambition (100 000 postes supplémentaires en SIAE d’ici 2022 ; enveloppe de 144 millions d’euros dans l’IAE pour résorber le chômage de longue durée ; augmentation des aides aux postes). La construction de relations à long terme entre SIAE et entreprises est particulièrement appréciée, l’IAE devant rester un tremplin vers le monde économique classique. L’inclusion durable sur le marché du travail dépend également de la capacité de chaque salarié à devenir acteur de son projet, ce qui est notamment rendu possible par les PMSMP. Sébastien AGOT est également revenu sur la complémentarité de SEVE Emploi avec d’autres dispositifs d’insertion par l’emploi (Territoire Zéro Chômeurs de Longue Durée, 1 jeune 1 solution par exemple) : ils servent le même objectif, dans une approche inclusive qui met l’accent, pour SEVE, sur le lien SIAE/entreprises.

Stéphanie GRICOURT, directrice d’établissement à Equalis (SIAE intégrée à SEVE Emploi en 2020) est ensuite venue témoigner des réalités du terrain : le terme « insertion » est connoté négativement, chez les entreprises notamment. Dans ce contexte, comment faire évoluer le regard des employeurs ? En trois journées de formation SEVE Emploi auprès des équipes, Stéphanie GRICOURT s’est dite impressionnée par l’efficacité redoutable de la levée des difficultés. Les salariés en transition ont des obstacles, certains ne révèlent pas tout sur leurs expériences et compétences, mais les PMSMP permettent justement de valoriser ces potentiels cachés. Stéphanie GRICOURT a également rappelé l’importance de construire des relations fortes avec l’entreprise, ce qui permet d’envoyer des salariés sans craindre de « gâcher un contact ». La mise en situation dès le début du parcours lève l’autocensure des salariés, elle les aide à se projeter et visualiser ce qu’ils apportent à l’entreprise, et donc trouver leur place. Cela crée des déclics. Stéphanie GRICOURT a notamment cité l’exemple d’une salariée en transition qui a réalisé une PMSMP dans un restaurant démarché dans le cadre de SEVE. Cela lui a permis de comprendre les attendus dans la restauration et de réorienter son projet : ses objectifs professionnels sont désormais plus clairs. SEVE Emploi a apporté une méthodologie pour questionner les besoins des entreprises et y répondre : les tensions individuelles sont solutionnées par des solutions collectives.

Enfin, Solveig GRIMAULT, chercheuse/sociologue à l’Institut de Recherches Economiques et Sociales, a apporté son éclairage de spécialiste des questions de parcours et d’accompagnement à l’emploi. Rappelant que la médiation active est une pratique minoritaire, bien que de plus en plus promue, elle est revenue sur ses fondamentaux : sortir d’une dynamique de marché du travail qui fait du CV et des entretiens classiques des pratiques d’intermédiation qui pénalisent les moins qualifiés. Parallèlement, certains recruteurs ont du mal à déterminer leur offre : il faut donc travailler sur le « marché caché », avant que l’offre ne soit formalisée. La médiation permet de travailler sur deux demandes assez floues, l’offre d’emploi par l’employeur et l’offre de travail par le salarié, et de les rendre lisibles. Pour ce faire, il faut discuter en direct avec l’employeur, négocier le contour de l’offre pour la rendre efficace. Cela doit aussi permettre de faire disparaître le formalisme du recruteur (CV, entretiens) au profit de la mise en relation directe et du suivi dans le poste. Solveig GRIMAULT a également évoqué l’évaluation des dispositifs de médiation active, qui démontrent qu’il s’agit d’une pratique efficace sur le retour à l’emploi.

Une séance de questions/réponses a conclu cette table ronde, que vous pouvez retrouver en intégralité dans le replay correspondant.

Ces riches échanges constituent de belles perspectives pour continuer à travailler sur la médiation active, notamment dans le cadre de la nouvelle promotion de SIAE qui démarreront l’accompagnement SEVE Emploi dès 2021.