Actons tous que tout le monde est employable !

Plus qu’un slogan, c’est un principe fondateur, qui rappelle que les chômeurs de longue durée et les personnes en insertion ne sont pas des incapables, privés d’emploi par leur faute, mais davantage les victimes d’une économie en perpétuelle évolution, qui détruit rapidement des emplois, voire des métiers. C’est un principe qui rappelle que les personnes ont des compétences et ont parfois seulement besoin qu’on le leur dise et leur donne l’occasion de le montrer. C’est un principe qui, enfin, reconnaît l’idée que la performance individuelle dépend fortement d’un cadre collectif, et qu’en agissant sur ce cadre de travail, on peut aider chacun à être efficace et à ne plus avoir de doute sur son « employabilité ».

Agir selon ce principe dans SEVE Emploi suppose donc de ne pas « pré-sélectionner des offres d’emploi » pour des personnes en particulier mais de toujours partir de la décision du salarié en insertion, de son projet professionnel, de son envie d’aller en entreprise. Cela suppose par ailleurs, de viser des relations à l’entreprises qui seront organisées, accompagnées en accord avec la personne et l’employeur. Cela suppose enfin d’accompagner l’employeur lui aussi sur une conduite du changement.

La priorité ? Tordre le cou aux idées reçues sur les salariés en insertion et sur l’ « insertion » de manière générale. Ce mot, « insertion » a-t-il encore sa place dans notre secteur ? Et si on parlait de salariés en transition professionnelle ? Ou de salariés…tout court ? Les équipes permanentes qui ont suivi SEVE Emploi ont débattu à ce sujet pendant la formation avec une certitude : il est indispensable d’adopter un langage valorisant vis-à-vis des personnes et un langage plus « entrepreneurial » pour l’entreprise.

Les mises en situation professionnelle créatrices d’opportunité

De la même manière que la fédération porte le Logement d’Abord, nous considérons que c’est le fait d’occuper un emploi qui peut permettre de lever certaines difficultés. Ainsi, nul besoin d’attendre d’avoir levé différents freins (au logement, à la santé par exemple) avant de proposer  à un salarié d’aller rencontrer une entreprise lors d’un job-dating, de réaliser un entretien d’embauche fictif, ni de réaliser une PMSMP. C’est la multiplicité des rencontres avec l’employeur, des immersions en entreprises et de l’acceptation de différentes offres d’emploi (durables ou non) qui permettront aux salariés de construire leurs perspectives d’emploi. La SIAE quant à elle, joue un rôle de facilitateur en faisant des propositions de rencontres aux salariés et aux entreprises, en suivant l’ensemble des mises en situation professionnelles en amont et en aval pour garantir des rencontres de qualité.

SEVE Emploi montre que, si la SIAE joue son rôle tiers de facilitant et de mise en mouvement , il y a plus de chances de réussir une relation à l’entreprise entre un salarié et une entreprise que de risque d’échouer. SEVE Emploi incite à prendre des risques et à croire en la capacité des personnes à se mobiliser pour un objectif concret, qui est le leur : l’accès à l’emploi.

Les structures d’insertion accompagnent les entreprises du recrutement au maintien dans l’emploi

Les SIAE regorgent de talents. Sont-ils connus de tous, d’elles-mêmes, et des entreprises ? Chaque jour, une SIAE recrute, encadre, forme des personnes éloignées de l’emploi. Une structure déploie donc des compétences qui pourraient être proposées à des TPE – PME ou des artisans qui ont des difficultés à recruter ou à maintenir un poste un salarié, faute de personnel formé à la gestion des ressources humaines.

Quel rôle peut jouer la SIAE ?

En France, 3800 SIAE permettent chaque mois à 140 000 personnes de travailler et de rentrer dans une démarche de retour à l’emploi durable. Les salariés sont épaulés par des professionnels : des encadrants techniques et des conseillers en insertion professionnelle notamment. L’encadrant technique encadre et forme sur un support de production donné (le maraichage biologique, la menuiserie par exemple). Le savoir-faire de l’encadrant technique lui donne toute sa légitimité pour aller à la rencontre de TPE – PME qui peuvent être à la recherche des compétences (liées au métier ou transversales), et les proposer.

Le CIP a lui aussi toute sa place au regard de la relation entreprise : comment faciliter la rencontre entre une entreprise et des salariés ? Quelles pistes peuvent être proposées par la SIAE ? Comment accompagner un salarié lors d’un stage ? Comment faire en sorte d’éviter une rupture de contrat à cause d’une problématique de garde d’enfants ? Autant de questions qui ont été posées pendant la formation-action SEVE Emploi à tous les permanents. Des réponses ont été trouvées et des actions engagées. Ce qui a été constaté, c’est qu’une entreprise ne ferme pas la porte, est ravie d’échanger sur ses problématiques et est à l’écoute des solutions qui lui sont apportées « sur mesure » avec un partenaire de confiance. Pour la SIAE, il s’agit alors d’entendre ces besoins, pour proposer des partenariats, des candidats et des actions d’accompagnement puis de suivre la relation dans la durée. C’est ainsi que la SIAE devient un réel acteur du développement économique du territoire.

L’appui aux entreprises ne s’arrête pas après un recrutement réussi !

Les ambassadeurs SEVE Emploi répondraient même : c’est ainsi qu’il commence. Le recrutement réalisé, le temps de la prise de poste et de l’intégration est souvent mis de côté. Or, c’est à ce moment précis qu’il faut être le plus vigilant possible. La SIAE peut jouer un rôle de tiers de confiance avec l’entreprise et le salarié. Et ce, sans limitation de durée. Les actions les plus fréquentes peuvent porter sur l’accès aux droits (documents administratifs), la mobilité, le logement, la garde d’enfants, la santé. Les SIAE ont la capacité de faire appel à l’ensemble des partenaires relevant du champ de l’accompagnement social global. L’accès des salariés à la formation professionnelle peut aussi être apporté par la SIAE, qui souvent, organise plus régulièrement qu’une TPE-PME classique un plan de formation.

SEVE Emploi, un changement de posture face aux entreprises

Les SIAE qui ont suivi SEVE Emploi ont opéré un changement de logique, de posture face à l’entreprise. Elles ont pris conscience de l’intérêt de l’entreprise à disposer d’un appui RH et de leur capacité à le délivrer, en s’organisant collectivement autour d’un véritable binôme « encadrant technique/conseiller en insertion ».

 

Le programme de formation-action

Le programme SEVE Emploi propose 10 jours de formation-action auprès de toute l’équipe de la SIAE par un.e formateur.trice dédié.e sur toute la durée de l’action au sein de leur structure, une animation nationale et regionale dédiée et par la suite l'opportunité d’être financée sur des actions spécifiques de suivi dans l’emploi

Campagne de mobilisation auprès des SIAE 2019-2022

La Fédération des acteurs de la solidarité organise sur la période 2019-2021 une campagne annuelle d’appel à mobilisation afin de sélectionner les 315 SIAE qui bénéficieront du programme SEVE Emploi sur la période 2020-2022.

Actions d’accompagnement dans l’emploi

Dans son programme, SEVE Emploi prévoit la possibilité de financer en année n+1 les SIAE formées en année n sur des actions spécifiques dites de « suivi dans l’emploi ».

La Fédération souhaite déployer massivement SEVE, avec le soutien de l’Etat, des collectivités, du service public de l’emploi, des réseaux de l’IAE des entreprises et des fondations auprès de l’ensemble des SIAE et des territoires.

Rejoignez – nous dans cette aventure coopérative & solidaire !