22 Juil
  • Par SEVE Emploi
  • 841 Vues
  • 0 Commentairets

La prospection directe, ça paye !

Croix Rouge Insertion – Valoris nous raconte l’une de ses premières expériences de prospection directe. Grâce à un travail d’équipe, l’un de leur salarié, Aiham, vient de démarrer un contrat avec un hôtel 4 étoiles du parc du Futuroscope de Poitiers !

Dès la deuxième journée de formation SEVE Emploi, c’est l’action !

Un encadrant technique et une ASP sont partis en prospection directe auprès d’hôtels du Futuroscope, initialement en recherche d’opportunité pour un.e salarié.e ayant un projet de réceptionniste. Sans RDV, l’objectif était de rencontrer la personne responsable du recrutement, ou bien d’obtenir ses coordonnées. Ayant l’adresse mail du directeur adjoint, ils ont envoyé une proposition et obtenu un RDV quatre jours après.

La rencontre avec le recruteur et l’analyse du besoin

La directrice et l’encadrant technique se sont rendus au RDV. Ils se sont présentés comme une entreprise ayant régulièrement des salarié.e.s recherchant un emploi et pouvant proposer des profils intéressants. Mais ils ont avant tout questionné le directeur adjoint sur ses besoins et l’ont laissé parler. Ils se sont rapidement rendu compte qu’il n’avait pas de besoins sur le poste de réceptionniste et que leur salarié.e ne correspondait pas au profil. En revanche, le recruteur avait un besoin urgent d’équipier polyvalent en hôtellerie. Ils ont pris note des missions, savoir-faire attendus, des contraintes de travail et des qualités exigées pour le poste. Il y avait beaucoup de liens avec les profils de type vendeur (relation clientèle, polyvalence, manutention, agilité). Le directeur adjoint semblait très intéressé par une proposition de candidat, car cela lui évitait de passer une offre d’emploi et a proposé de rappeler quelques jours après pour avoir un retour.

 

La mise en relation avec les salarié.es

En réunion d’équipe, deux agents de la SIAE ont été identifiés. Le poste et l’entreprise leur ont été présentés. La directrice les a emmenés sur site faire une visite « client mystère », qui leur a permis de visualiser l’environnement de travail et d’expliciter certains attendus du poste tel que l’entretien des « parties communes ». Ils ont manifesté leur intérêt et devaient donc préparer leurs CV.

Le recruteur a rappelé comme convenu. L’un des salariés avait des contraintes de disponibilité sur la période d’embauche. En revanche, le directeur adjoint a souhaité rencontrer Aiham l’après-midi même. Ce dernier se posait beaucoup de questions, il a fallu le rassurer à chaque étape ! Sa présentation était notamment une grande source d’inquiétude, alors il a été convenu qu’il retourne chez lui pour faire le nécessaire. Puis, en urgence, il a fallu retravailler son CV et comme il restait très peu de temps pour préparer l’entretien, la directrice l’a briefé pendant le trajet !

Après 1/2 heure d’entretien, le recruteur a confirmé qu’il correspondait tout à fait au profil.

L’embauche a été validée une semaine après en CDD de 2 mois pour commencer. La SIAE a mis en place une suspension d’agrément pour sécuriser le salarié. Les ASP ont contacté l’entreprise pour les aspects administratifs et les modalités de suivi. Le salarié a été contacté par son Encadrant Technique le 2e jour : il avait été bien accueilli. L’ASP contactera l’entreprise 1 semaine après le démarrage.

 

Ce que retient la SIAE : 

  • transposition des compétences attendues par l’entreprise avec les métiers de la SIAE, découverte d’un nouveau métier pour la SIAE et pour les salarié.e.s.
  • une des 1ère prospections directes = 1 sortie en emploi au bout d’un mois.
  • la prospection directe a permis d’« arriver au bon moment » selon les termes de l’employeur.
  • l’offre de service RH proposée à l’entreprise a permis d’être réactif et de lui faire gagner du temps (elle n’a pas eu besoin de passer une offre d’emploi, de respecter un délai de diffusion, de présélectionner, de faire passer plusieurs entretiens).
  • gérer l’urgence et aider le salarié à faire de même. Le valoriser sur sa capacité à occuper le poste. Mettre en place un « filet de sécurité » pour lui permettre de sauter le pas. Faire un suivi pour continuer à rassurer l’entreprise et le salarié.
  • c’est la contribution de toute l’équipe, avec un passage de relais à chaque étape, qui a permis cette réussite !
Mot clé: