11 Sep
  • Par SEVE Emploi
  • 849 Vues
  • 0 Commentairets

La plateforme ADERE en Vendée

En Vendée, Passerelles mise sur la médiation active pour permettre aux personnes réfugiées de trouver un emploi. 

Depuis 2009 et la création de son service d’Accompagnement et d’Insertion Sociale et Professionnelle des réfugiés (AISPR), l’association Passerelles, basée en Vendée,accompagne les réfugié.e.s dans toutes les difficultés qu’ils-elles rencontrent (accès aux droits, au logement, démarches de réunification familiale, accès aux soins…). Grâce à cette expertise, les salarié.e.s de l’AISPR constatent que formation et emploi sont des vecteurs importants d’intégration et décident de s’engager avec l’équipe du chantier d’Insertion « Passerelles des saveurs » dans le programme SEVE Emploi en 2018/2019.

Pauline Chauvet, à l’époque salariée de l’AISPR, se souvient :

« il y avait de nombreuses offres d’emploi à pourvoir en Vendée mais les réfugié.e.s, motivé.e.s et avec des compétences, ne trouvaient pas de travail. Alors on orientait beaucoup vers l’Insertion par l’Activité Economique, mais ça ne répondait pas toujours à leurs besoins. Nous sentions qu’il fallait aller à la rencontre des entreprises, mais on se questionnait sur notre légitimité. On avait des débats en interne autour des limites du travail social. SEVE Emploi est arrivé au bon moment dans ce questionnement, et nous a permis de structurer notre démarche pour aller sur le terrain sereinement ».

Fort de cette expérience, Passerelles candidate au PIC Intégration Professionnelle des Réfugiés et fait partie des 18 lauréats de la première vague de l’appel à projet début 2019. Un financement de 3 ans permet à l’association de lancer une plateforme d’intégration professionnelle des réfugié.e.s : c’est la naissance du service « ADERÉ » en octobre 2019. Passerelles pilote désormais un consortium de plusieurs acteurs venus d’horizons différents (radio locale Graffiti, CCI, Club FACE, centre vélo, Ligue de l’enseignement, Fuzz’Yon, Siti Intérim…) mais déterminés à faciliter l’accès à l’emploi des réfugié.e.s.

Ce croisement de regard est un enrichissement comme nous l’explique Pauline Chauvet, désormais coordinatrice d’ADERÉ :

« Le dernier module que nous ayons proposé aux bénéficiaires est sur la construction du projet professionnel. Après un premier travail basé sur la méthodologie de l’ADVP pour faire émerger leurs souhaits d’orientation professionnels, les bénéficiaires sont mis en relation avec Radio Graffiti. L’animateur fait découvrir la radio et ses métiers puis initie un jeu de rôle en réalisant simulations d’interviews. Cela nous permet de travailler sur l’expression orale et éventuellement de corriger la prononciation. Une fois que les bénéficiaires sont plus à l’aise pour prendre la parole, le Club FACE Vendée propose une rencontre avec des entreprises adhérentes de son réseau pour présenter leurs métiers et leurs besoins en recrutement. C’est une manière pour les personnes réfugiées de découvrir les besoins d’emploi qui existent sur notre territoire. Ce module se termine par un stage au sein d’une entreprise pour valider le projet professionnel. »

Cette approche partenariale stimule les innovations au sein de Passerelles et pousse les chargé.e.s de mission emploi à imaginer de nouveaux outils.

« La mise en relation avec les entreprises du territoire est désormais bien en place, explique Pauline Chauvet, mais nous pouvons aller plus loin. Les entreprises qui recrutent des réfugiés ont souvent envie, après quelques semaines ou quelques mois, de faire monter en compétences leurs salariés ou de leur permettre de devenir plus polyvalents. Nous pensons qu’il faudrait accompagner le salarié avec du Français Langue Etrangère à visée professionnelle, c’est-à-dire centré sur une approche métier très individualisée. C’est un enjeu d’intégration sur le long terme dans l’entreprise, pour faciliter les liens avec les collègues et plus globalement son intégration dans la société ».

Mot clé: